Le nouvel appel aux communes

Depuis qu’il est en charge de l’accueil des demandeurs de protection internationale (DPI) dans son portefeuille ministériel à l’issue de la formation du gouvernement actuel après les élections législatives de 2018, Jean Asselborn multiplie les appels aux communes. Le ministre des Affaires étrangères et européennes, de l’Asile et l’Immigration l’a réitéré samedi lors des portes ouvertes de la nouvelle structure d’hébergement pour demandeurs de protection internationale à Wasserbillig : « Nous avons besoin de mettre en place de nouveaux foyers d’accueil. Actuellement, 35 communes ont une structure sur le territoire, j’appelle les autres communes à en faire de même. Il faut 10 ares pour que nous puissions installer une structure modulable qui peut accueillir 30 personnes. L’accueil des demandeurs de protection internationale est un geste de solidarité .» Fin août, l’Office national de l’accueil (ONA) hébergeait dans ses 56 structures un total de 3 177 personnes (capacité totale de 4 211 lits). Dans les structures durables de l’ONA (structures de phase 3 à savoir jusqu’à la fin de la procédure de demande de protection internationale; la phase 1 à savoir le primo-accueil est assuré par le foyer de Mondercange, qui joue le rôle de primoaccueil à cause du Covid-19 depuis le début de la crise sanitaire et le foyer de la Logopédie en Ville; la phase 2 se déroule au foyer de Mersch dans les anciens bâtiments de Creos), le taux d’occupation est actuellement de 82,7 %.


Jean Asselborn demande (une nouvelle fois) aux communes de faire preuve de «solidarité».

Bientôt des foyers à Käerjeng et Frisange
« En principe, un taux d’occupation supérieur à 80 % ne peut être atteint dans les structures familiales et mixtes vu que l’utilisation de la totalité des capacités est impossible. Par exemple, un lit libre dans une chambre familiale ne peut difficilement être occupé par une personne étrangère , détaille Yves Piron, le directeur de l’ONA. Donc, oui, nos structures arrivent à saturation. » Des pourparlers sont en cours avec plusieurs communes. Et des projets vont se concrétiser prochainement comme à Käerjeng, où une structure modulable de 60 lits doit s’ouvrir au printemps, ou encore à Frisange, qui doit également accueillir une telle structure dans le courant de l’année 2021. Par ailleurs, le foyer de primo-accueil, qui se trouve actuellement à la Logopédie de la capitale, devrait aussi déménager au début de l’année prochaine dans un autre bâtiment, situé route d’Arlon à Luxembourg (capacité : 250 places).
Cette « saturation » et donc ce besoin de nouvelles structures d’accueil s’expliquent par le fait que les demandeurs de protection internationale continuent d’arriver sur le territoire malgré le Covid-19 : 537 demandes de protection internationale ont été déposées depuis le début de l’année contre 1 196 à la même période en 2019 et 1 088 à la période en 2018. Mais aussi par le fait que de nombreux bénéficiaires de la protection internationale (BPI – personne qui a obtenu le statut de réfugié et donc un résident à part entière) n’arrivent pas à trouver un logement et donc continuent d’être hébergés dans l’un des foyers en contrepartie « d’une participation aux frais », dixit Yves Piron.
En effet, aujourd’hui, les structures d’hébergement de l’ONA accueillent à 48,1 % des demandeurs de protection internationale, à 42,8 % des personnes bénéficiant de la protection internationale ou similaire et à 9,1 % des personnes dont la demande de protection n’a pas abouti et autres.
G. Ch.  Le Quotidien 7 septembre 2020

Do NOT follow this link or you will be banned from the site!